Vers la réhabilitation tant souhaitée de l’université marocaine

Le gouvernement et le Syndicat national de l’enseignement supérieur (SNESup) ont signé, jeudi dernier à Rabat, un accord visant à réhabiliter les professeurs universitaires, à promouvoir le capital humain actif dans les universités marocaines, ainsi qu’à ériger la recherche scientifique, la maîtrise des langues, les compétences personnelles, transversales et numériques en piliers fondamentaux.

Cet accord a été signé, pour le gouvernement, par le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l'Innovation, Abdellatif Miraoui, et le ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget, Faouzi Lekjaa, ainsi que par le secrétaire général du SNESup, Mohamed Jamal Eddine Sebbani, lors d’une cérémonie présidée par le chef du gouvernement, Aziz Akhannouch.

Dans une interview avec Libé (que nous publierons prochainement), Mohamed Jamal Eddine Sebbani s’est félicité de la signature de cet accord.

«C’est une feuille de route que nous avons signée», a mis en avant le secrétaire général du SNESup avant de préciser que « cet accord signé ce jeudi entre le gouvernement et notre syndicat marque la reprise du dialogue sur le chantier important de la réforme de l’enseignement supérieur et de l’université marocaine ». Et de souligner que la mise en œuvre d’un nouveau statut pour les professeurs chercheurs constitue le principal point abordé par l’accord signé qui est le fruit, d’une part, de la lutte du SNESup et, d’une part, du dialogue constructif engagé entre le syndicat qui représente le corps professoral et le gouvernement actuel.

Selon lui, le statut actuel, "qui était considéré comme avancé en 1997, n'a plus l'attrait souhaité, que ce soit pour les nouveaux titulaires d'un doctorat ou pour ceux qui ont accumulé une expérience à l'intérieur ou à l'extérieur du Maroc", tout en soulignant que l’accord a également tenu compte de la révision de la rémunération des professeurs universitaires.

« Nous avons constaté que le dialogue avec ce gouvernement n’est pas un dialogue pour la forme, mais qui aboutit à des réformes concrètes », a-t-il mis en exergue.

Outre le volet pédagogique et celui concernant la gouvernance, Mohamed Jamal Eddine Sebbani a mis en avant que cet accord prévoit l'amélioration de la situation financière des enseignants-chercheurs. En effet, une augmentation de salaire s’élevant à 3000 dirhams est prévue pour toutes les catégories et sera versée en trois tranches sur trois ans: le 1er janvier 2023, le 1er janvier 2024 et le 1er janvier 2025.

Il a souhaité que cet accort soit une étape dans le processus de réforme de l’enseignement supérieur pour lequel le SNESup a tant milité afin de redorer le blason de l’université marocaine.

Pour sa part,  Abdellatif  Miraoui a qualifié cet accord d’«historique »  pour l’université marocaine, et qu’il est le fruit d’un dialogue constructif et civilisé.

Il a expliqué dans une déclaration à la presse que les deux parties se sont mises d’accord au sujet de l’ensemble des points du Plan national d’accélération de la transformation de l'écosystème de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, qui porte aussi sur l’innovation, l’amélioration de la qualité de la pédagogie et la digitalisation.

Il a ajouté qu’un accord a été conclu concernant également les grands axes relatifs à la mise à jour de la loi 01.00, de manière à permettre à l’université marocaine de faire face aux défis rencontrés dans ce domaine dans la majorité des pays du monde, conformément aux Hautes orientations Royales relatives au développement du capital humain.

Après avoir salué le travail de l’ensemble des composantes de son département, M. Miraoui a relevé que l’enseignement supérieur, la recherche scientifique et l’innovation sont parmi les piliers du progrès, relevant que l’université publique constitue une locomotive en matière de formation des jeunes Marocains.

Il a fait observer que le plan national vise à parvenir à l'autonomisation de l'individu et à se doter d’une université aux standards internationaux, que ce soit au niveau de la recherche scientifique, de l'enseignement ou encore de l'ingénierie pédagogique, notant que l'atteinte de cet objectif passe par la disponibilité d'enseignants-chercheurs qualifiés qui s’engageront à créer un capital humain au service du pays.

S’agissant des grandes lignes de l’accord signé ce même jour, le ministre a expliqué qu’il s'agit de réhabiliter les professeurs universitaires et de faire de la recherche scientifique, du mérite et de la rentabilité des piliers fondamentaux en vue de permettre au professeur universitaire d'assurer sa promotion professionnelle tout au long de sa carrière.

Source : libe.ma

 

 

Publié le : 24/10/2022

Formations

Filière initiale (Bac + 3) Kinésithérapie

Licence - Casablanca,Sup'Santé

Master en Communication des entreprises et des institutions

Master - Fes,UNIVERSITE EUROMED DE FES

Mastère : Chef de projet ingénierie logicielle

Master - Casablanca,CAMPUS IGS CASABLANCA

Système d’Information Marketing et Commerce

Autre diplôme Bac+5 - Marrakech,ISGA Campus Marrakech

Droit des affaires

Licence - Rabat,Université Internationale de Rabat
Afficher toutes les formations

Ecole à la une