Enseignement supérieur: Pourquoi nos Universités peinent-elles à monter en gamme ?

 Le classement Webometrics des universités mondiales vient d’être publié et comme à l’accoutumée des universités marocaines figurentdans la liste, néanmoins, elles demeurent mal classées. En effet, huit établissements marocains ont décroché une place dans le classement des meilleures universités du monde, dont Cadi Ayyad qui est classée en tête des meilleures universités au Maroc et au Maghreb, 19ème en Afrique, 18ème dans le monde arabe et 1.154ème dans le monde. Celle-ci est suivie par l’Université Mohammed V qui est classée 33ème en Afrique, 40ème dans le monde arabe et 1.668ème au niveau international.

C’est dire que les meilleures universités marocaines peinent à se hisser parmi les instances africaines les plus performantes. Ces résultats viennent conforter le classement «Times Higher Education (THE) World University Rankings», qui est l’un des plus prestigieux classements internationaux en la matière.

Dans ce baromètre qui prend en compte des critères scientifiques précis tels que la qualité de l’enseignement, la recherche scientifique, le transfert de connaissances ou encore l’ouverture internationale, l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah s’est classée dans le top 1000-801. La faiblesse de la recherche scientifique au Maroc est le principal motif de cette faible performance.

Contrairement à d’autres pays émergents qui aspirent à une société de savoir, le Maroc ne consacre que %0,75 de son Produit Intérieur Brut (PIB) à la recherche scientifique. Un financement « très timide » pour la production d’un travail de qualité apte à apporter une plus-value à la société. « L’effort consenti par le Maroc pour financer la recherche scientifique ramené à son Produit Intérieur Brut (PIB) est assez faible », selon l’Instance Nationale d’Evaluation du Système d’Education, de Formation et de Recherche Scientifique (CSEFRS) qui a publié en avril un rapport baptisé « La recherche scientifique et technologique au Maroc ».

« Ce ratio n’est que de %0,75 quand bien même la Vision Stratégique de la réforme 2030-2015 avait déjà recommandé en 2015 d’atteindre %1 à court terme, %1,5 en 2025 et %2 en 2030 », a-t-elle fait savoir, précisant que « l’État demeure le principal pourvoyeur de ressources financières pour la recherche ». Cela dit, le mécanisme d’appels à projets ne semble pas encore constituer la priorité pour optimiser les ressources de financement disponibles, les faire converger et traduire et afficher les priorités et les choix de la stratégie nationale en recherche.

En plus du financement, les ressources humaines...

Malgré le fait que la recherche scientifique revêt une grande importance, notamment dans le processus de développement de la société, le capital humain qui lui est consacré demeure très limité. Ce dernier, qui doit être aussi bien qualifié que productif, est d’environ 1.508 par million d’habitants du Maroc.

« Le Maroc au côté de l’Afrique du Sud est moins doté en ressources humaines dédiées à la recherche scientifique par comparaison à la population totale », d’après le CSEFRS, sachant que la Vision Stratégique de la réforme 2030 -2015 préconisait dans ses recommandations de recruter 15.000 enseignants-chercheurs à l’horizon 2030, dans le but de renforcer les structures de recherche. Désormais, même l’organisation du capital humain laisse à désirer.

Malgré le fait que la recherche scientifique est une activité conduite par plusieurs institutions et acteurs, à savoir les établissements d’enseignement supérieur ne relevant pas de l’université, les universités en partenariat public-privé, les universités privées, ou même les institutions publiques de recherche, les universités publiques constituent les plus grands pourvoyeurs de ressources humaines, a révélé la même source. Un constat observé également dans le rapport de l’Académie Hassan II des Sciences et Techniques concernant le volet des ressources humaines en 2016. « Par type d’institution, (ce constat) montre que %77 de ce personnel existent au niveau des universités publiques », a indiqué le rapport.

Quid des bourses d’excellence ?

Pour encourager les titulaires d’un bac5+ à opter pour un doctorat, le Maroc octroie des bourses d’excellence pour la recherche. Des bourses, consacrées aux plus méritants, qui ne dépassent pas les 3.000 Dhs.

En effet, l’analyse du cycle doctoral entreprise par l’INE en 2017 montre que le taux d’abandon est de %32,7 pour toute la période 2013 -2004. Celui-ci s’élève à %41,4 si on se limite à la période d’analyse -20042010. Un montant qui reste en deçà des aspirations du Royaume en matière de recherche. C’est un peu plus du tiers du salaire dans la Fonction publique pour un lauréat de Master (ou ingénieur), et à peine l’équivalent d’une fois et demie le SMIG au Maroc pour un doctorant talentueux après 5 années d’études supérieures. Outre cela, l’efficacité aval du cycle doctoral n’est pas meilleure que celle en amont. Le ratio du nombre de thèses de doctorat soutenues par rapport au nombre de doctorants est assez faible (%5,7 en 2017), par comparaison aux autres pays.

À titre d’exemple, en France, quatre doctorants sur dix obtiennent leurs doctorats chaque deux ans alors qu’en Tunisie ce ratio est nettement meilleur. Ce ratio pour le Maroc a même chuté entre 2014 et 2017.

Pour le ministre de tutelle, Abdellatif Miraoui, qui travaille sur un projet de réforme, le malaise de l’université marocaine est une question de financement. Le ministre a fait part, à maintes reprises, de sa volonté de se focaliser sur la formation des docteurs et des chercheurs de nouvelle génération, et ce, selon les normes internationales. Tout cela pour garantir un minimum de qualité dans les profils des futurs chercheurs qui devraient hisser le niveau de la recherche scientifique. En attendant la réforme, bon vent.

Source: lopinion.ma

Publié le : 13/08/2022

Formations

Marketing et Commerce

Master - Casablanca,IGA - campus Belvédère

Ingénieur d'Etat en Génie Mécanique et Énergétique

Diplôme d'ingénieur - Fes,UNIVERSITE EUROMED DE FES

Master Management Général (ESGC) – Communication et médias

Master - Marrakech,Université Privée de Marrakech

MBA Spécialisé en Management de Projet et de la Transformation

MBA - Rabat,ESLSCA Business School Paris|Campus Rabat
Afficher toutes les formations

Ecole à la une