Formation de manière autodidacte sur la toile

Formation de manière autodidacte sur la toile

Maroc Université Numérique, la nouvelle plateforme digitale dédiée à la diffusion de cours en ligne, a été lancée le 19 juillet dernier. Née d’une coopération entre le ministère de l’enseignement supérieur marocain et le groupement d’intérêt public français « FUN-MOOC », cette plateforme entend se saisir de l’opportunité du numérique pour élargir l’accès aux contenus pédagogiques dispensés par les universités marocaines. Certains Marocains ont choisi, par nécessité ou simple choix personnel, de se former de manière autodidacte sur la toile. YouTube, plateformes d’e-learning spécialisées, blogs, Moocs payants ou piratés… une solution efficace, pour certains, mais sous certaines conditions.

Un objectif concret comme point de départ

D’abord, il y a une passion ou un but professionnel. Hamza Debbarh directeur de la 3W Academy Maroc  – une école qui entend combiner formation initiale et e-learning – identifie deux catégories de personnes qui parviennent à se  former  toutes seules sur le net : celles qui savent précisément ce qu’elles ont besoin d’apprendre et pourquoi, et celles qui se forment par passion.

« Très souvent ces formations-là d’autodidactes en ligne marchent très bien pour des gens qui savent exactement ce qu’ils ont besoin d’apprendre, et derrière qui connaissent l’opportunité qu’il y a d’avoir une certification ou d’apprendre une compétence […] ». Pour Safaa Boubia, consultante en stratégie web et fondatrice de l’Agence de e-commerce Numeric Way, le besoin de se former en ligne est ainsi apparu  dans le cadre du développement de cette entreprise créée en collaboration avec son frère : « J’avais toujours des temps de retard, le résultat ne correspondant pas exactement aux attentes du client… cela représentait pour moi une perte de temps, d’argent et de qualité, je devais vraiment déterminer où était le problème ».

Titulaire d’un diplôme en Management international de l’Institut d’Administration des Entreprises de Toulouse, Safaa s’occupait des ressources humaines, de la comptabilité, de la gestion et de la stratégie de l’entreprise familiale. A l’époque, Safaa n’y connaît pas grand-chose en développement. Elle décide d’en apprendre les techniques sur des sites internet gratuits, ce qui lui permet d’utiliser l’argent de cette agence naissante pour embaucher de nouveaux salariés, et de moduler ses heures d’apprentissage en fonction de son temps de travail, de ses projets et de ses besoins. Un apprentissage qui lui plaît et qui l’aide à trouver sa vraie vocation : « consultante en stratégie web, ma profession actuelle » nous dit Safaa dans un grand sourire.

Curiosité, le maître mot

La deuxième catégorie de personnes, ce sont les passionnés, ceux qui n’ont pas forcément de but professionnel en tête, mais qui suivent des tutoriels par pur plaisir.  Pour Mustapha Swinga, circassien et fondateur de la chaîne YouTube « Aji Tfham », la vidéo, c’était d’abord un loisir  personnel : « J’ai essayé de comprendre comment les gens faisaient en regardant des tutoriels, pour voir comment marchent les logiciels de montage, par exemple. Maintenant, je me retrouve dans une situation où je signe un contrat avec un gros opérateur pour faire des vidéos. » 

Un autre passionné autodidacte, Youssef Ouechen, connu sous le nom de Joseph Ouechen est devenu photographe professionnel en surfant sur la toile. Pris de passion pour la photographie, et ne pouvant se payer une formation dans le domaine, Youssef se tourne vers l’une des rares plateformes qui, à l’époque, proposait des tutoriels gratuitement : YouTube. « J’ai utilisé YouTube pour apprendre les concepts de la photographie et le fonctionnement des appareils photo. Je regardais beaucoup de vidéos techniques pour apprendre à maîtriser les règles permettant de bien réaliser une photo et le cadrage. Tout l’aspect technique, je l’ai appris sur internet en regardant beaucoup de vidéos. J’ai passé beaucoup de temps, des nuits blanches à en regarder, à les télécharger et à les ramener à la maison. A  l’époque, c’était sur des disquettes.  » De logiciels en logiciels, de rencontres en nouvelles créations,  l’activité des deux hommes s’est peu à peu professionnalisée. Le désir d’en savoir plus et les bonnes rencontres de la vie réelle ont transformé leur passion en métier.

Une autre façon d’apprendre

Youssef Ouechen était un élève passionné d’art qui aimait dessiner pendant les cours. Après avoir redoublé deux fois sa classe de seconde, Youssef est exclu définitivement de son établissement scolaire. Il réside alors  avec sa famille à Sidi Moumen, un quartier difficile de Casablanca. Son parcours scolaire écourté, il faut trouver de quoi s’occuper. C’est d’abord avec la télévision, les émissions de découvertes, les films, mais aussi le rap français et américain que Youssef, passionné de langues depuis l’école, apprend le français et l’anglais.

Dans les cybercafés, il plonge dans l’univers du Web. Très vite, Internet devient une fenêtre ouverte sur le monde au-delà de son cercle familial, de ses amis, de son quartier. Internet, il le voit comme un moyen d’échanger avec des étrangers, de découvrir de nouvelles cultures, d’apprendre de nouvelles langues… et de rencontrer des gens dans la vraie vie aussi, grâce à des sites comme Couchsurfing  qu’il affectionne particulièrement. « Ces solutions en lignes, ça flexibilise le système. L’État a prévu des dispositifs pour les jeunes en décrochage scolaire, mais ces dispositifs ne fonctionnent pas forcément avec tout le monde. […] certains jeunes pour qui l’école n’est pas un système d’apprentissage adapté trouvent un moyen de se rendre indépendant en développant des compétences grâce à internet. » commente Hamza Debbarh.

« Je m’en suis rendu compte avec le temps, je pense que je n’ai jamais été fait pour une formation académique. A l’époque,  je fuyais l’école,je n’aimais pas les cours classiques avec un professeur. Recevoir le cours, apprendre par cœur, ce n’était pas mon truc… Je suis plutôt dans la compréhension du concept, et faire ce que j’ai envie de faire avec » nous explique Youssef. En ligne, à chacun le format qui lui convient.  Vidéos, articles longs, captures d’écran… On peut comparer les modes d’explications, et sélectionner celui qui nous correspond le mieux, en fonction de son projet.  « Aujourd’hui mon besoin est technique, demain il change, il va devenir plutôt artistique […] demain je passe à la lumière, ensuite je vais apprendre comment on construit une histoire, puis comment on réalise une série… » nous explique YoussefEn fin de compte, Internet lui apporte du concret et de la flexibilité dans l’apprentissage. Pour celles et ceux qui, comme Youssef Ouechen, ne se retrouvent pas dans le système scolaire classique et dans les cours qui s’étendent sur plusieurs jours, Internet peut ainsi devenir un moyen d’apprendre par soi-même et de façon plus active.

Un océan d’informations

Il y a donc ce moment où l’on a besoin d’une information précise, concrète. Une barre de recherche, quelques mots clés et nous voilà plongés dans un océan d’informations, guidé par le bleu électrique des liens hypertextes. « N’importe où sur la planète, on peut avoir accès aux cours, d’un prof de Stanford, de Harvard, de Polytechnique… d’une institution de rang mondial sur un sujet donné. Ce qui signifie que l’on a accès au meilleur du savoir de manière gratuite et « One Click Away », ce qui est incroyable » reconnaît Hamza Debbarh. Il est vrai que le web fourmille d’informations diverses et souvent très pointues. Dans toutes les langues, on peut trouver son bonheur. Un foisonnement à double  tranchant cependant.

Comment ne pas se perdre dans la foule de sites qui se bousculent parfois pour traiter une même thématique ? Pour Safaa Boubia : « Si tu veux te former sur le web, il faut lier ça à un objectif à atteindre, à une « deadline ». Sinon, à moins d’être le génie, le maître de l’autodiscipline, c’est impossible. Tu as du travail, tu dois répondre à des mails, ou tu as quelqu’un qui t’appelle… « .

Dans la même veine, Mustapha Swinga considère qu’ « il  faut avoir une très grande capacité de concentration, pour pouvoir apprendre sur internet. Mais ça dépend de la personnalité de la personne. En ce qui me concerne, grâce à l’école du cirque, j’arrive à me contrôler, à rester concentré sur quelque chose et à le faire jusqu’au bout. » Quand on apprend sur le Net tout seul, on est en quelque sorte professeur et élève, la rigueur est donc de mise.

Autre piège à éviter, celui des fausses informations. Il est primordial de démêler le vrai du faux et de cibler les contenus fiables. Vérifier les sources, comparer les données, gérer son temps… une méthodologie indispensable et qui peut être apprise dès l’école selon Safaa Boubia. Pour Mustapha Swinga, le système scolaire marocain a un vrai rôle à jouer là-dessus : « C’est lui qui va donner aux personnes  l’étincelle qui va leur permettre de chercher sur Internet, d’être autonomes,  d’avoir la patience et l’envie d’atteindre le but. Ce sont des « soft skills » qu’il faut avoir avant de commencer à se former sur le web. Et les endroits où on peut les acquérir, c’est l’école, la maison, la famille… au sein de la société de manière globale ». On peut apprendre beaucoup sur le web, à condition toutefois de garder un pied dans le monde réel, comme le souligne Mustapha Swinga.

Internet et  l’école, une complémentarité nécessaire

Une solution alternative à l’enseignement classique donc ? Pas pour tout le monde nuance Hamza Debbarh  : « étant donné la faillite de notre système d’orientation, ça n’est une solution que pour très peu de gens au Maroc. Il y a peu de jeunes qui savent exactement de quoi ils ont besoin parce qu’ils n’ont jamais fait de bilan de compétences. » Car le rôle de l’école, est aussi d’orienter, d’aiguiller les élèves dans leurs choix professionnels. En se renseignant auprès des personnes de son entourage ou de professionnels du secteur, il est possible de mieux cerner les débouchés professionnels et d’identifier les chemins pour y parvenir.

Il y a également des savoirs que l’on ne peut pas acquérir sur la toile. C’est grâce à sa formation académique que Safaa Boubia a appris à travailler en groupe sur des projets, à faire des présentations orales et à développer une connaissance globale de son champ d’activité. Pour Youssef Ouechen, le fait de ne pas avoir suivi d’école lui permet de créer son propre chemin artistique de manière créative, avec l’aide d’internet pour l’aspect technique, sans que son travail ne soit formaté par une méthodologie spécifique : « Ça peut être une bonne chose, mais d’un autre côté, j’ai aussi du mal à structurer les projets, par rapport à quelqu’un qui a étudié dans une école professionnelle »dit-il. 

La complémentarité entre les deux modes d’apprentissage serait donc préférable. Bien utilisé, le numérique pourrait devenir un véritable outil pédagogique et une réelle opportunité d’apprentissage pour les jeunes. Toutefois, un rapport sectoriel sur l’enseignement supérieur marocain publié en 2018 par le Conseil Supérieur de l’Éducation, de la formation et de la Recherche scientifique, précise « le défi de faire du numérique un levier de grande transformation demeure une des faiblesses du système en l’absence d’un plan numérique ». De plus, tout le monde n’a pas les moyens de se payer aisément un ordinateur de qualité et une bonne connexion internet, tient à nous rappeler Safaa Boubia. Le Net ne devrait pas remplacer de sitôt la salle de classe.

Vers la fin du diplôme ? 

Mustapha Swinga, devenu recruteur avec la création de son entreprise de production, Artcoustique, est totalement ouvert à l’idée d’embaucher des candidats qui ont développé un savoir-faire en ligne: « Sur internet, l’objectif ce n’est pas le diplôme. Le but c’est de créer quelque chose, et pour cela tu as besoin de te former. » Car le diplôme a aujourd’hui encore une valeur économique et sociale très forte. Pour les parents comme pour certains employeurs, le diplôme est synonyme de compétence, ce qui n’est pourtant  pas toujours le cas selon le Youtubeur.

On peut donc trouver du travail après s’être formé en ligne. Safaa Boubia a par exemple embauché un développeur « très talentueux »  qui n’avait pas encore terminé son cursus à l’OFPPT, mais qui avait acquis des compétences supplémentaires en travaillant le soir grâce à des tutoriels sur le web. « Aujourd’hui dans le milieu professionnel personne ne me pose la question est-ce que tu as fait des écoles ? […] Je montre mon portfolio, c’est la seule chose qu’on me demande. Je n’ai jamais été mal à l’aise devant quelqu’un parce que je n’ai pas fait telle école d’art. » nous explique Youssef.

Désormais, on peut trouver des Moocs sur d’innombrables thématiques, de la communication à la sociologie en passant la géographie. L’accès à des contenus universitaires plus qualitatifs s’est démocratisé. Être autodidacte sur internet, semble donc plutôt valorisant, du moins dans certains secteurs comme celui du digital ou de la création artistiques, plus adaptés à ce type d’apprentissage. Il est en effet peu probable que les patients acceptent de se faire opérer par un médecin, formé en ligne et n’ayant jamais mis les pieds dans un Centre Hospitalier Universitaire.

Source: telquel.ma

Publié le : 21/08/2019
SUR NOTRE SITE & PROFITEZ DE NOMBREUX AVANTAGES

Formations

Biotechnologies et Santé

Licence - Casablanca,Université internationale de Casablanca

Ingénieur en Architecture d’Intérieur

Diplôme d'ingénieur - Marrakech,Université Privée de Marrakech

Filière Ingénierie Miage

Diplôme d'ingénieur - Casablanca,SUPTECHNOLOGY Casablanca

Cycle Grande Ecole

Master - Casablanca,ISCAE Casablanca

Licence Arts et culture

Licence - Marrakech,Université Privée de Marrakech
Afficher toutes les formations

Ecole à la une